Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est le dialogue de sourd qui continue entre pouvoir et syndicat de l’enseignant. Le premier ne voudrait pas céder d’un iota, le second non plus. A la reprise des négociations vendredi, les représentants du pouvoir ont réaffirmé la ligne dure du pouvoir qui consiste à ne rien céder.
Ce samedi au siège du SLECG, le représentant du syndicat des enseignants a fait le compte rendu. Oumar Tounkara puisqu’il s’agit de lui a déclaré que le gouvernement s’abrite toujours derrière les propos du genre : « les représentants du gouvernement ont donné des cours d’Economie : » les contraintes économiques, nous sommes à court de budget, la Banque Mondiale, le FMI, la Facilité Elargie de Crédit, compte tenu de ceci ou de cela… Vous pouvez commander un cheval, mais il ne faut pas s’asseoir sur son nez », conseil Oumar Tounkara.». Avant d’ajouter « nos intérêts sont confisqués par un groupe de bandits ».
En conclusion, le patron du syndicat des enseignants, ABOUBACAR Soumah a été aussi catégorie « la grève continue jusqu’à la satisfaction générale de nos revendications ». c’est donc tout dire.

En arrière plan sur la photo, Oumar Tounkara, l’adjoint de Soumah .

Ousmane Cissé

Partager