Partager

Avec le Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana, les syndicalistes semblent être nostalgiques. À chaque fois qu’Aboubacar Soumah et ses camarades font le point des négociations avec le gouvernement, ils parlent de « bandits à colles blancs » ou tout simplement du mot « bandit ».
Ce samedi, Aboubacar Soumah a encore souligné : « Nous avons un défi à relever. On veut montrer à l’opinion nationale et internationale que les enseignants guinéens sont nuls. Ils l’ont dit. Mais la vache qui allaite fait beaucoup plus de lait en saison pluvieuse qu’en saison sèche. Plus cette vache est entretenue, plus la production de lait est élevée. Plus l’enseignant est entretenu, plus il donne un enseignement de qualité. Mais, le gouvernement est entrain de montrer qu’il n’accorde aucune importance à l’éducation guinéenne. Cela se matérialise aujourd’hui par le remplacement des enseignants par des incompétents, des nuls qu’ils ont ramassé ça et là et qui n’ont aucune expérience, aucune compétence pour dispenser les cours ». Soumah dénonce aussi « le limogeage et les mutations arbitraires qui visent les responsables du mouvement dans les différentes universités à Labé, Kankan et N’zérékoré ».
Alors pourquoi le mot « bandit » revient tant quand il s’agit des émissaires du PM ? Les enseignants parlent alors des clans de bandits qui veulent confisquer les intérêts des pauvres enseignants. En Guinée, c’est un secret de polichinelle, à chaque évocation du nom de Kassory, ils sont nombreux ceux qui pensent que l’ancien Ministre de l’Economie et des Finances aurait « pillé » systématiquement l’économie guinéenne lors de son passage au gouvernement de l’ancien président général Lansana Conté.
Selon de nombreuses indiscrétions, les syndicalistes le considère comme celui-là même qui bloque les négociations avec des positions tranchées et des instructions fermes qu’il donne aux représentants du gouvernement. En tout cas, Kassory est ferme. Pas question d’augmenter même d’un centime au salaire des enseignants.
Il reste maintenant à savoir si Ibrahima Kassory Fofana arrivera à étouffer la grève des enseignants comme il l’a fait avec Amadou Diallo et Louis M’bemba Souamh.

Mohamed Soumah

Partager