Partager

En depuis de toutes les actions du gouvernement, la capitale Conakry est toujours sale. Pour preuve, il suffit de faire un tour dans les lieux publics comme le marché et les caniveaux.

Contrairement aux autres, les jeunes du quartier de Yimbaya  école ont décidé ce dimanche  14 octobre 2018 de rendre leur quartier propre. Réunis au sein d’une ONG dénommée RESOLU,Mohamed Lamine Sylla son president a dit l’objectif est d’assainir les cinq quartiers de Yimbaya. « Nous avons commencé à assainir Yimbaya ecole et c’est notre troisième journées aujourd’hui. Nous comptons toucher les autres quartiers aussi »

Répondant à la question d’un journaliste s’il collabore avec le gouvernement dans sa campagne d’assainissement, il a coupé court. « Nous travaillons avec nos propres moyens. C’est à travers nos petites cotisations que nous faisons ce travail pour notre quartier. Il y’a un ministre qui se trouve du coté de Genève actuellement qui a décidé de nous porter une main forte. C’est lui qui nous a trouvé des gilets aujourd’hui et des gants. Nous espérons qu’à son retour, il fera plus pour nous doter des équipes de travail. Nous avons un manque criard des équipements. Nous avons que deux brouwattes, trois balais, deux râteaux et des pèles ».

Le president d’honneur de cette ONG, Younoussa Tounkara a dit qu’il y a bien sur des difficultés, mais l’ONG travers avec les moyens de bord. « Nous avons pas de matériels et ça nous fatigue beaucoup. Comme l’a dit mon prédécesseur, c’est seulement hier qu’un ministre a été informé de notre existence, malgré qu’il n’est pas là, il nous a offert ces gilets à travers son département. Nous remercions le ministre pour ce geste ».

En plus de cela dit-il, nous ne sommes pas une organisation démagogique. « Ça n’a rien à faire avec la démagogie. Nous le faisons parce que nous voyons que c’est nécessaire. On ne le fait pas avec le gouvernement, mais nous souhaitons que le gouvernement nous accompagne », a-t-il sollicité.

Avant de conclure ses propos, il a demandé aux jeunes des autres quartiers de suivre l’exemple pour leurs localités.

Daouda Yansané

Partager