Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout porte à croire que les négociations entre gouvernement et syndicat sont dans l’impasse. Les deux camps campent sur leur position. Les pourparlers n’auront donc rien donnés.
Mercredi lors de la rencontre entre syndicat et représentants du gouvernement, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée a laissé entendre que les représentants du gouvernement à ces négociations n’ont pas la qualité de faire des propositions ou de prendre une décision. Oumar Tounkara, l’adjoint de Aboubacar Soumah a donc demandé au président Alpha Condé de s’impliquer pour une sortie de crise honorable pour l’école guinéenne. A la Fédération Guinéenne des Parents d’Elèves et Amis de l’Ecole et à tous les hommes de bonne foi, je leur demande « de s’associer au Bureau exécutif du SLECG pour demander au président de la République, en tant que garant de la paix, de la justice, du développement et également père de la nation guinéenne, de bien vouloir s’impliquer personnellement pour trouver quelque chose par rapport aux huit millions que nous demandons comme salaire de base des enseignants ».
Il reste maintenant à savoir si cet appel du syndicat des enseignants va tomber dans de bonnes oreilles.

Ousmane Cissé

Partager