Partager

Le 24 octobre  de chaque année, est commémorée  journée  internationale  des  Nations-Unies. En Guinée, c’est le bureau du haut commissariat au droit de l’homme qui a abrité l’événement ce 24 octobre 2018. A cet endroit, membre de la famille onusienne, gouvernement et autres invités se sont retrouves pour célébrer cette journée.

Dans son discours de circonstance, Marc Rubin, le Coordinateur par intérim des Nations Unies  en Guinée a dit : « Je suis honoré de pouvoir  partager  le mot du Secrétaire général des Nations-Unies à l’occasion de la journée des Nations Unies de ce mercredi, 24 octobre. La journée des Nations Unies marque l’anniversaire de notre charte fondatrice, texte historique qui incarne les histoires, les règles et les aspirations des peuples des Nations Unies. Chaque jour, les femmes et les hommes de cette organisation s’attachent à donner à la charte un sens concret.  Malgré les difficultés et les obstacles, jamais nous baissons les journées. L’extrême pauvreté recule, mais nous voyons des inégalités. Pourtant, nous ne baissons pas les bras car nous savons quand réduisant les inégalités,  nous redonnons l’espoir, nous ouvrons des nouvelles perspectives et nous renforçons la paix partout dans le monde ».

Selon lui,  les droits de l’homme sont parfois bafouillés en bien  des lieux. « Mais nous ne baissons  les bras. Car nous savons le respect des droits fondamentaux  de la dignité humaine est une conviction indispensable à la paix. Les conflits se multiplient, les gens souffrent. Mais nous ne baissons pas les bars. Car nous savons que chaque homme, chaque femme, chaque enfant mérite de vivre en  paix.  En cette journée des Nations Unies, nous réaffirmons notre engagement à rétablir la confiance, à sauver notre planète, à ne laisse personne de coté, à défendre la dignité de  chacun et de tous en tant que Nations Unies ».

Au nom du gouvernement guinéen, le ministre de la justice Me Cheick Sacko a dit : « Le 24 octobre  de chaque année, est commémorée  journée  internationale  des  nations unies, regroupant en son sein les Etats qui ont accepté de remplir les obligations prévues par les Nations-Unies, en vue de sauvegarder la paix et la sécurité internationale et d’instituer entre les Etats une coopération politique, économique, sociale et culturelle fondée sur le respect du principe de l’égalité de droit des peuples ».

D’après lui, la République de Guinée, ç l’instar des aux pays du monde s’inscrit dans cette dynamique en célébrant le 73ème anniversaire de la création de l’organisation des Nation-Unies.

« avant tout propos, je tiens à transmettre au nom du président de la république, du gouvernement et du peuple de Guinée, nos sincères condoléances à la famille onusienne suite au décès de Monsieur Koffi Annan, ancien secrétaire général de l’institution qui aura dédié sa vie à la promotion de la paix, des droits de l’homme, du droit humanitaire international et du multilatéralisme, mais aussi  apprécier les efforts remarquables de Monsieur Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU pour la promotion des valeurs fondamentales »

A en croire Me Cheick Sacko, la célébration du 73ème anniversaire de notre organisation se tient dans un contexte économique et social complexe qui pourrait affecter les progrès que nous avons déjà réalisées. « La réduction des inégalités par la mise en œuvre des programmes de développement.

Avant de conclure, il a renouvelé l’attachement indéfectible de la république de Guinée aux idéaux et objectif fondamentaux de notre institution, l’organisation des nations-unies.

Daouda Yansané

624 09 16 30

Partager