Partager

L’organisation regroupe des journalistes du privé et du public autour d’un objectif commun. Celui de relancer le secteur agricole guinéen, et de permettre aux Guinéens de manger ce qu’ils produisent à partir de leur terre.

C’est à l’occasion d’un point de presse animé ce vendredi à Conakry que les membres de ladite structure ont rendu officielles leurs activités. C’était en présence de nombreux responsables des départements de l’agriculture, de l’élevage et des pêches, ainsi que des structures associatives issues du monde agricole. Son coordinateur général, Sékou Soumah, souligne en quelques mots leur mission.

« Il est temps de porter le regard sur les activités du monde rural. La Guinée est connue comme un pays à forte potentialité agricole disposant aussi bien des ressources animales que de terres les plus fertiles. Ces potentialités peuvent lui permettre de générer d’importants revenus, créer des emplois et favoriser l’amélioration continue de la sécurité alimentaire ».

D’après le Coordinateur, il est temps que les guinéens se tournent vers les activités agricoles  qui emploi aujourd’hui près de 60% des guinéens.  Et devraient constituer, selon lui, des composantes essentielles de l’économie à travers l’approvisionnement du marcher national, la réduction des importations et l’augmentation des exportations.

« Notre pays bénéficie d’un remarquable diversité des climats qui lui offrent des opportunités de cultures très variées avec une superficie de terre agricole disponible et une ressource animale prometteuse ainsi que les cours d’eau ».

Côté du ministère de l’agriculture, était représenté par El hadj Mohamed Lamine Touré Directeur National de l’Agriculture. Pour ce dernier, la mise en place d’une ONG de média surtout dans le secteur agricole est une belle initiative. Car le secteur constitue, selon lui, un levier important pour la croissance économique de notre pays. Ainsi la mise en place de telle union est une fierté pour tout le monde, dit-il.

« Il faut que notre politique puisse suivre notre développement. Et ce développement c’est l’agriculture, l’élevage et la pêche. Les autres pays viennent prendre le fonio chez nous, ils entretiennent ça pour aller le vendre ailleurs. Parce que tout le monde est assis à Conakry pour ne rien faire pour développer notre agriculture », a-t-il relevé. Puis de souligner : « Au nom du ministère de l’agriculture, je me réjouis de cette initiative des journalistes. Si un journaliste s’engage dans l’agriculture cela veut dire que nous sommes déjà à l’entame du développement dans notre pays. Sur ce, je lance officiellement les travaux de cette organisation, U.P.A.R.GUI au nom du ministère de l’agriculture », dit-il enfin, avant de clore son propos par des mots de remerciements.

Synthèse de Daouda Yansané

Partager