Partager

Pendant que les enseignants sont en grève pour réclamer un salaire de base de huit millions, ce depuis le 3 octobre dernier, il faut dire que la situation se corse toujours dans le système éducatif. Les enseignants ont désormais les yeux rivés sur le Budget du président de la République et de la dizaine d’institution Républicaine que compte le pays.
Toujours entre deux avions, le président Alpha Condé avait en 2017 un Budget de 367 milliards 218 millions 589 mille GNF. En 2018, ce Budget est passé allègrement à 408 milliards 663 millions 056 mille GNF. Ce, malgré un contexte économique des plus difficiles dans ce pays. Ce budget connait donc une augmentation de 41 milliards 444 millions 468 mille GNF.
Avec ce budget, ils sont nombreux les enseignants qui sont indignés et parlent de deux poids deux mesures et pour cause. Les institutions républicaines qualifiées par un enseignant de coquilles vides que sont l’Assemblée Nationale, la Cour Constitutionnelle, le Conseil Economique et Social, la Haute Autorité de la Communication, la Cour des Comptes, l’Institution Nationale Indépendante des Droits humains, pour ne citer que celles-ci se tapent aussi des milliards par an sans qu’elles ne jouent vraiment leur rôle, affirme un enseignant.

Que font ces institutions qui se tapent des milliards par mois ?, s’interroge un autre enseignant.
En attendant qu’une solution ne soit trouvée, il faut dire que le pays tourne au ralenti avec cette crise dans le système éducatif guinéen.

Naby Camara

Partager