Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que entre les images que les autorités font voir aux téléspectateurs de la télévision nationale et la réalité sur le terrain, plutôt dans les écoles, il y a une distance océanique. Ce matin, les élèves de plusieurs écoles de la préfecture de Siguiri sont descendus dans la rue ce lundi matin pour protester contre le manque de professeurs dans les écoles.
Selon des habitants de la ville aurifère, la tension reste très vive dans cette préfecture réputée pour des violences parfois inouïes.
Ce manque de professeurs dans les écoles à Siguiri n’est que la face cachée de l’Iceberg et pour cause. A commencer par la commune de Kaloum, le centre administratif et des affaires du pays, les écoles sont resté fermées par manque d’enseignant. Même le Lycée du 2 Octobre situé presque à la porte du palais Sekhoutouréah, il n y a pas de cours. C’est le cas dans toutes les écoles publiques de la commune de Kaloum, des autres communes de la capitale et dans les préfectures dans le pays profond.
Apparemment, le gel du salaire des enseignants a radicalisé davantage les enseignants grévistes. Même si le Ministre Mory Sangaré sur la photo fait croire que tout va bien dans les écoles à travers des tournées à Kankan et dans certaines préfectures de la haute Guinée, fief pour rappel du président Alpha Condé.
Par ailleurs, à Conakry comme indiqué dans notre précédente publication, la journée est tr-s agitée et la  circulation a été bloquée sur l’Axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa. Des jeunes ont barricadé les routes, ils jettent également des cailloux sur les automobilistes, empêchant la circulation. Ce, à l’occasion de la journée ville morte appelée par l’opposition ce lundi.
Et tout naturellement, le commerce est perturbé sur cet axe. Les forces de défense et de sécurité restent pour le moment impuissantes sur les lieux.
Avec les violences de ce lundi déclaré Journée ville morte, on se demande à quoi va ressembler la journée de mardi, déclarée par l’opposition dite républicaine, journée de marche.

Ousmane Cissé

Partager