Partager
Le laboratoire de diagnostic des maladies d’origines animales crée en 1992 en Guinée n’était plus fonctionnel depuis 1998. Pourtant selon l’organisation internationale de la santé animale, près de 70 pour cent  des maladies infectieuses proviennent des animaux. Une évaluation initiale du laboratoire révèle l’inexistence d’un laboratoire répondant aux normes internationales et un faible système de surveillance en place alors que la  Guinée est un pays à vocation essentiellement agropastoral, déclare l’Ambassadeur des Etats-Unis, Dennis Hankins dans son discours de circonstance. Pour inverser cette tendance afin de donner des produits d’origines animales de qualité aux populations ajoute le diplomate américain, les Etats-Unis à travers son agence d’exécution, USAID a financé les travaux de réhabilitation du laboratoire central vétérinaire diagnostic de Guinée.

La rénovation a, en outre permis d’avoir des locaux aux normes internationales, équipé avec du matériel de pointe, le laboratoire sera en mesure de diagnostiquer 12 maladies prioritaires établies par la Direction Nationale des services vétérinaires, le personne formé sur des techniques avancées de diagnostic, affirme Dennis Hankins.

Le Premier Ministre qui a procédé à l’inauguration officielle a estimé que l’agriculture et l’élevage à l’exportation constituent  un maillon fort de l’économie nationale. Faire en sorte que les produits de l’agriculture en général soit de qualité  pour permettre à la Guinée de doper son PIB, produit intérieur brut à travers l’agriculture. Pour cela, il a invité  au même titre que l’Ambassadeur des Etats-Unis les jeunes à se tourner vers l’agriculture avec des projets bancables.
L’édifice qui a couté 635 mille dollars, soit plus de 6 milliards GNF a été réalisé par la FAO, organisation des Nations Unies pour l’Agriculture.
Les travaux de réhabilitation ont consisté  essentiellement au: génie civile, acquisition et installations des équipements, un plateau diagnostic moléculaire, un système diagnostic sérologique, des microscopes. Ce n’est pas tout car le laboratoire a aussi été doté de réactifs et consommables de laboratoire, d’un groupe électrogène pour pallier aux coupures d’électricité, des congélateurs de -20 et de -80 degré, des équipements biosécurité et biosûreté en laboratoire.
Almamy Kalla CONTE
664 26 13 70
Partager