Partager

Une dizaine de journalistes de la presse en ligne suivent depuis ce mardi 13 Novembre 2018 à Conakry, une formation de participation des citoyens à la gouvernance de la santé. Cette formation qui durera pendant trois jours, est organisée par Search for Common Ground avec l’appui financier de l’USAID, pour outiller des professionnels des médias sur la technique de traitement des informations sanitaire, afin de créer une compréhension entre les citoyens et les gouvernants, à travers la diffusion des informations non conflictuelles.

Mr Ouattara About Karno, coordinateur  du projet gouvernance santé  à Search for Common Ground explique : « L’objectif de cette formation, c’est de renforcer  des capacités  des journalistes sur les notions de  sensibilités et conflits afin d’inculquer aux  journalistes, comment est-ce qu’on peut utiliser leurs médias pour informer la population tout en tenant en compte des différents  points de vus exprimés, sans exclure  aucun point de vu, en allant à la source de l’information pour que l’information diffusée ne soit pas à renforcer des rumeurs . Parce qu’en journalisme, on a l’habitude  de dire que, tout peut se dire, tout  doit se dire  mais,  tout est dans comment est-ce que le dire ? Donc, c’est comment est-ce que le dire là qu’on va voir ensemble pendant ces trois jours de formation ».

Mais, quel est le parallèle entre les questions de santé et de conflits des citoyens?Mr Ouattara About Karno répond : « Il faut dira que, le projet participation des citoyens à la gouvernance de la santé à pour objectif  d’améliorer la compréhension et la participation des citoyens sur des réformes sur la santé. Alors, quand on parle de la formation, ça veut dire qu’il y a des informations à donner à la population.  Et donc,  il ya des informations sur des réformes de la santé, il y a la mise en œuvre  des réformes de la santé, il y a des textes de loi  qui existent. Donc, le journaliste en donnant ces informations, doit pouvoir renforcer le dialogue  entre les citoyens et les gouvernants mais, ce dialogue doit se faire non dans la confrontation. C’est-à-dire, sans qu’il y ait de clache.  Les citoyens et le gouvernement peuvent dialoguer à travers des  écrits des journalistes, en cherchant des vraies informations, en donnant la parole à tout le monde…», explique Mr Ouattara About Karno, coordinateur du projet participation des citoyens à la gouvernance de la santé à Search for Common Ground.

Bangoura Y pour guineelive.com

Partager