Depuis l’imbroglio électoral du samedi dernier pour le contrôle de la mairie de Matoto, les langues se délient. Et ils sont nombreux les commentateurs qui estiment que le parti présidentiel, le RPG, suivra les traces laissées par le PDG-RDA du père de l’indépendance nationale, Ahmed Sékou Touré et du PUP du général Lansana Conté. Avec ce qui ressemble à la déconfiture du RPG aux élections locales sur l’ensemble du territoire national avec une net avance de l’opposition dans la gestion des collectivités décentralisées, ils sont nombreux les observateurs à parler de la déconfiture du parti du président Alpha Condé, le RPG.
Mais comment en est-on arriver à ce résultat ? Le RPG, parti politique fondé par Alpha Condé ne gagne plus les combats politiques, par manque dit-on de combattants efficaces.
La gestion clanique des affaires de l’Etat, faire en sorte que dans tous les postes juteux de l’administration que ne soit nommé qu’un parent ou allié, le goût prononcé pour l’argent du Ministre chargé des Affaires présidentielles et Ministre de la Défense Nationale, Dr Mohamed Diané sur la photo et la mise en place par ce dernier d’un cabinet parallèle à la présidentielle pour statuer sur toutes les grandes décisions et nominations aux poste juteux, sont entre autre problèmes qui ont décourager des militants autrefois qui ne respiraient que par le RPG.
Si le Ministre de la Défense Nationale, Dr Mohamed Diané cherche à remplir ses comptes bancaires et à faire des réalisations dans le domaine de l’immobilier et roule carrosses, ses amis avec qui, ils ont eu maille à partir avec le régime militaire du général Lansana Conté comme Saloum Cissé et bien d’autres tirent le diable par la queue. Les caciques du parti, las de la traversée du désert pour ne rien avoir au moment du partage du gâteau, se sont détournés des fondamentaux et des discours politique du père fondateur du RPG. Des discours faut-il le préciser qui n’emballent plus les guinéens. Les nombreuses promesses faites par le président Alpha Condé qui ne sont jamais réalisées, passent ainsi par là. Pour le dire en un mot comme en mille, le parti fondé par Alpha Condé ne fait plus rêver.
C’est dans ce contexte que des mouvements dit de « soutien » naissent en Haute Guinée pour évoquer la possibilité d’un changement de constitution avec à la clef un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Mais la question légitime que les observateurs se posent est la suivante : qui pour porter et soutenir cette idée ? Etant attendu que le RPG ne fait plus rêver. C’est toute la question.
En attendant, le développement socioéconomique du pays est laissé au second plan. En lieu et place de la politique politicienne dont le président Alpha Condé est le champion. Pauvre Guinée.

Ousmane Cissé