Carré avec la loi et à son application, l’ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats qui vient de passer le témoin après deux mandats à la tête des avocats ne rate aucune occasion pour rappeler les fondements de la loi et de la constitution aux gouvernants.
Sur sa page facebook, il rappel aux désormais anciens députés de l’Assemblée Nationale, de quoi ils doivent s’en tenir désormais après expiration de leur mandat. Lisez plutôt.
À tous les Honorables Députés de l’Opposition (Républicaine ou non)
Si vous estimez que l’Assemblée Nationale ne sera plus légitime après le 13 janvier ou le 5 avril, vous ne devriez plus y siéger pour ne pas conférer à celle-ci la légitimité et la crédibilité dont elle aura besoin pour rester en fonction et légiférer. Sinon, taisez-vous et profitez de vos privilèges pendant que vous en avez encore l’occasion. Car la réélection n’est pas assurée.
Si vous siégez dans une Assemblée nationale dont le mandat a été prorogé par une Cour constitutionnelle dont vous contestez elle-même la légitimité, vous ne pourrez plus critiquer celle-ci. Alors réfléchissez-y et soyez cohérents s’il vous plaît.

Me Mohamed Traoré avocat au Barreau de Guinée