Aéroport de Conakry : Oulaba Kabassan Kéita dans les mailles de la Justice française ?
Dans un premier décret publié samedi dernier au journal de 20h30, le président Alpha Condé a nommé Hawa Kéita, ancienne Directrice Générale du Port autonome de Conakry au poste de présidente du conseil d’administration de la la société de gestion de l’aéroport de Conakry. Sékou Mai Diarra, administrateur civil qui était jusque là Président du conseil d’administration de la la société de gestion de l’aéroport de Conakry a été bombardé le lendemain dimanche au poste de Directeur Général de la société de gestion de l’aéroport de Conakry. Celui qui occupait ce poste, Oulaba Kabassan Kéita, éclaboussé qu’il est dans des scandales de corruption s’en va à la présidence pour occuper le poste de chargé de mission à la présidence de la République.
A propos, il faut dire que ces nominations ne sont autres que le partage de gateau entre les amis. Oulaba Kabassan Kéita dépuis sa nomination au poste de Directeur Général de la société de gestion de l’aéroport de Conakry sous le régime Alpha Condé gère avec le nouveau nominé, Sékou Mai Diarra. Suivez notre regard. La France, pays colonisateur de la Guinée est actionnaire à 49% dans les actions de la société de gestion de l’aéroport de Conakry, contre 51% pour l’Etat guinéen. Mais puisque Oulaba Kabassan Kéita traine des casseroles, notamment le détournement de plusieurs milliards de GNF des caisses de la de la société de gestion de l’aéroport de Conakry au point de soulever le courroux de la France, actionnaire majoritaire, Oulaba Kabassan Kéita avec la bénédiction du président Alpha Condé a préféré faire un arrangement et pour cause. Il est menacé par la justice française et risque d’etre arrété par les autorités françaises pour corruption dès qu’il foule le sol européen pour détournement de deniers publics, selon nos informations. Avec son poste de chargé de mission à la présidence de la République, Oulaba Kabassan Kéita pense peut etre à tort qu’il va bénéficier de l’humilité diplomatique avec son passéport diplomatique pour échapper aux mailles de la justice française pour des faits de corruption.
Selon certains travailleurs de l’aéroport, Oulaba Kabassan Kéita et son mentor le président Alpha Condé se tromperaient puisque l’humilité diplomatique à ses limites, dit-on.
En attendant, la question qui taraude sans doute les esprits est de savoir par quel miracle, Oulaba Kabassan Kéita va exercer sa nouvelle fonction de chargé de mission à la présidence de la République.
De l’avais des observateurs, sous le régime Alpha Condé qui est au pouvoir dépuis le 21 décembre 2010, jamais du mémoire de guinéens, un cadre véreux à la trame de Oulaba Kabassan Kéita et de biens d’autres n’a été inquité pour fait de corruption. Comme pour dire que sous le magistère du président Alpha Condé, les guinéens verront de toutes les couleurs de la mal-gouvernance.

Ousmane Cissé