Le moins que l’on puisse dire, c’est que le syndicat de l’éducation sont allés en rang dispersé en grève. Le plus hargneux et coriace des syndicalistes de Guinée, un certain Aboubacar Soumah a qualifié la grève lancée par une branche du syndicat de grève sauvage.

Conséquence de cette situation, la grève n’a vraiment pas été suivie, même si les syndicats qui ont lancé la grève soutiennent le contraire.

C’est dans ces circonstances que le syndicat, branche gréviste a décidé de lever ce lundi le mot d’ordre de grève et demander par la même occasion aux enseignants la reprise des cours.

Mais en réalité sur le terrain, il faut dire que les cours se poursuivaient dans les écoles et universités de la Guinée.

 

Naby Camara