La manifestation du 17 août 2022 à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution, dissous pour rappel par le Ministre Mory Condé a fait au moins deux morts.

Le premier s’appelle Ibrahima Baldé, unique fils pour sa mère est  chauffeur de camion de profession et le second Alpha Oumar Barry, élève, fraichement admis au Brevet d’Etude du Premier Cycle. Le premier a trouvé la mort à Wanindara et le second à Koloma.

Seulement voilà, depuis ce drame, aucune communication officielle du gouvernement encore moins du Ministre de la Sécurité et de la protection civile pour compatir à la douleur des familles.

Bachir Diallo ici sur la photo qui avait l’habitude de communiquer  sur le bilan  lors des précédentes manifestations ne dit rien, du moins pour le moment. Il n’est pas seul car le Ministre de la Défense nationale aussi, le général à la retraite, Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, communiquait aussi.

Les deux en compagnie d’autres membres du gouvernement sillonnaient aussi l’hôpital de l’armée situé au camp Almamy Samory Touré pour rendre visite aux militaires, policiers et gendarmes blessés lors des échauffourées.

Seulement voilà avec les deux morts, ni l’un, ni l’autre n’a été entendu, comme si de rien n’était.

Pourtant, ce sont deux jeunes, à la fleur de l’âge,  tous âgé de 16 ans qui ont été arraché à l’affection des siens.

En attendant la ou les communications officielles sur les morts, blessés et dégâts matériels enregistrés, c’est la consternation générale au sein des familles éplorées.

Mohamed SOUMH

 

BILAN PROVISOIRE DE LA JOURNEE

Comité d’Organisation du FNDC Conakry, le 17 aout 2022

Conformément au droit naturel à la manifestation, le peuple de Guinée a démontré, en cette journée de 17 août 2022, sa détermination à défendre vaille que vaille ses libertés publiques et ses acquis démocratiques en menant une lutte citoyenne et pacifique contre la dictature d’État imposée par la nébuleuse CNRD à la Guinée et aux Guinéens.
Ce devoir citoyen et une forte conviction morale ont eu raison de la tyrannie du pouvoir, incarnée par l’atmosphère de guerre que donne à voir notre pays.
Cette tyrannie et cette cruauté indescriptibles sont planifiées, portées et coordonnées par les personnes suivantes : Mamadi Doumbouya, Bachir Diallo, Balla Samoura, Sadiba Coulibaly, Aboubacar Sidiki Camara, Amara Camara, Mory Condé, Ousmane Gaoual
Diallo. La mise en œuvre de cette tyrannie est soutenue par des structures complices : le gouvernement de transition, le CNT et les administrations territoriales toutes dirigées par des militaires.
Devant la désolation et le deuil occasionnés par la répression sauvage exercée sur les Guinéens par les FDS, le FNDC déplore à date, la mort cet après-midi de Ibrahima Baldé et Alpha Oumar Barry, sauvagement assassinés après ‘’la parade méprisante” du chef de la junte dans la ville de Conakry, par les bras meurtriers du CNRD. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles éplorées et prions pour le repos des âmes des jeunes injustement assassinés par un terrorisme d’État imposé par la nébuleuse CNRD.
Le FNDC déplore également une vingtaine de personnes blessées par des tirs à balles réelles dont certaines se trouvent dans des états comateux. En outre, le FNDC dénombre aussi de nombreuses arrestations des paisibles citoyens à domicile.
Il faut aussi dénoncer les actes de vandalisme, de pillage et d’incursion perpétrés par les
forces de défense et de sécurité dans le Grand Conakry, à Dalaba et à Labé où une vingtaine de mineurs ont été arrêtés, dont une jeune fille.
Le FNDC et ses alliés remercient tous les citoyens pro démocratie pour leur forte mobilisation à l’intérieur et à l’extérieur de la Guinée. Notre engagement moral et notre devoir citoyen doivent être inconditionnels devant la volonté tyrannique du CNRD à nous imposer une nouvelle dictature et ses excès érigés en loi de république. A la force des armes, continuons à opposer la force des arguments démocratiques.
Partout où le changement a lieu, le peuple a tenu tête à la bêtise du pouvoir. La Guinée
ne fera pas exception : il faudra s’engager dans la lutte historique pour la reconquête de notre dignité et de notre humanité. C’est maintenant ou jamais : ne laissons pas cette transition se transformer en un bordel politique entretenu par des gamins écervelés qui n’ont de pouvoir que la force des armes.

Levons-nous et prenons en charge notre destin. N’attendons pas le Messie, il est en nous. L’esprit de la résistance doit nous habiter parce qu’il n’est pas normal que des parvenus au pouvoir nous confinent dans la condition des sous-hommes.
Conscient des efforts qu’il nous faut déployer, le FNDC réitère ses remerciements aux militants et sympathisants pro démocratie et invite par la même occasion le peuple de Guinée à rester mobilisé jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel. La lutte politique et sociale ne se gagne qu’au prix de la constance et du renforcement des convictions.
Le FNDC réitère son appel aux chefs religieux et aux leaders des communautés à ne pas être complices par leur silence. Nous demandons leur soutien dans le combat pour l’émancipation démocratique de la Guinée. Chaque voix compte, et celle de la vérité accouche de la paix et de la justice. Soyons porteurs des convictions démocratiques pour faire barrage aux prédateurs des droits humains et de la démocratie.
Aux Forces de défense et de sécurité, nous vous invitons à être lucides face à cette situation de violence qui vous conduit à tuer vos frères et fils : désolidarisez-vous des ordres qui font de vous des bourreaux.
Nous invitons donc l’armée, ses différentes structures, et tous les représentants de la gendarmerie et de la police à être solidaires du combat pour la dignité du peuple de Guinée.
Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons.
Comité d’Organisation du FNDC Conakry, le 17 aout 2022