Partager

Le nouveau Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana, était samedi matin au siège de son désormais  » défunt parti », Guinée Pour Tous (GPT). Histoire de prendre langue avec les désormais anciens militants de son parti. C’était à quelques heures de la publication du décret nommant les membres du gouvernement qu’il a, la charge de diriger.
Dans son discours de circonstance, Ibrahima Kassory Fofana déclaré sur la fusion de son défunt parti :  » un chapitre se referme, un nouveau chapitre s’ouvre dans le registre de l’histoire de la Guinée. Voyons en cette fusion l’opportunité d’avancer vers une Guinée unitaire où plus de Guinéens se donnent la main, et croient en un destin commun. GPT n’est pas mort, il est plongé dans un grand parti pour grandir de plus, il faut comprendre cela dans ce sens ».

Avant d’annoncer qu’il va mettre désormais le siège de GPT à la disposition des jeunes et femmes du RPG.

En outre, Kassory soutien mordicus:  » les fusions, les alliances sont des choses courantes, il n’y a pas un seul parti dans l’histoire européenne qui est resté ce qu’il était à l’origine. On va de fusion en fusion, mais ce qui est important, c’est la conviction « .

Parlant de la situation économique de son pays, Ibrahima Kassory Fofana a d’abord pris pour cible, les medias en ces termes:  » pour ceux qui se disent, ce qui se passe quand vous écoutez les radios ou certaines télévisions, vous avez l’impression que la Guinée est dans un immobilisme qui ne dit pas son nom. Pourquoi cet état de fait? Parce que le parti n’est pas présent pour relayer les actions du président de la République, c’est pour cela on a besoin d’un parti plus fort ».
Avant de poursuivre:  » Mais ce succès économique n’est pas connu quand vous écoutez la radio, on insulte, l’information ne passe pas, on passe la journée pour dire ce gouvernement ne vaut rien, le président Alpha Condé ne vaut rien pendant ce temps, quand vous sortez à l’extérieur de la Guinée, on trouve en notre président le meilleur en Afrique ». Soit.

Plus loin, Ibrahima Kassory Fofana précise:  » le travail d’Alpha Condé, je le dis sans risque d’être démenti, en tout cas sur le plan économique, dans toute la région ouest-africaine, il n’y a qu’un seul pays qui dépasse la Guinée en terme de rythme de croissance économique, c’est la Côte d’ivoire. Je puis vous garantir, je vous donne d’ici 2 ans, en termes de croissance économique, nous allons dépasser la Côte d’Ivoire ». .

Seulement voilà, en parlant de la croissance économique de la Côte d’Ivoire, M.Fofana a certainement oublié de parler des progrès enregistrés en Côte d’Ivoire par le président Alhassane Dramane Ouattara. Notamment dans le domaine des infrastructures, la réalisation des milliers de km de route, des ponts, l’amélioration des conditions de vie des populations, l’agriculture, les bonnes relations avec les institutions financières internationales. Bref, pour le dire en un mot comme en mille, la croissance économique de la Côte d’Ivoire est ressentie par l’ensemble de la population. Ce qui n’est pas le cas en Guinée.
Par ailleurs, il sera difficile de  travailler avec un gouvernement pléthorique de 33 membres sans compter la banque Centrale, le Secrétariat général aux affaires religieuses, le Ministère de l’élevage qui n’est pas encore pourvu de Ministre, le Ministère chargé des Hydrocarbures, excusez du peu la liste est longue.
Sans compter le fonctionnement des nombreux conseillers à la présidence et autres services centraux rattachés à la présidence de la République.
En tout état de cause, la pauvreté, le chômage, la cherté de la vie et la corruption qui gangrène l’administration, ne sont pas des facteurs probants pour « damner le pion » à la la Côte d’Ivoire en deux ans.
Qu’à cela ne tienne, comme disent les habitants du Havre, une ville portuaire située à 200 km de Paris en France, « bon vent  » Monsieur Ibrahima Kassory Fofana.

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70

Partager