Partager

Le moins  que l’on puisse dire, c’est que les calculs politiciens du président Alpha Condé risquent de ne pas tomber pic. Mieux, le président guinéen risque de perdre la prestigieuse place de président de l’assemblée nationale. Ce qui équivaut à la deuxième personnalité  de l’Etat.

A propos, il faut dire que les caciques et cadres du RPG ne sont pas du tout contents de leur président. En première loge, le secrétaire général du parti Saloum Cisse qui n’a pas du tout apprécie que son nom soit inscris en cinquième position sur la liste de la députation alors que il est la première personnalité du parti. Mieux à l’image du PUP, parti de l’unité et du progrès, el hadj Boubacar Biro Diallo a été secretaire général du parti. Et pour la mise en place du parlement, il a été président de l’assemblée nationale. Il a été secondé à ce poste par Aboubacar Sompare. Ce dernier aussi après la tenue des élections législatives a été président de l’assemblée nationale. Alors, pourquoi pas moi, s’interroge Saloum Cisse. Et pour laver l’affront, il a déclaré devant témoin que le candidat Koly Koundiano du président Alpha Conde aura fort à faire pour être ce que Alpha Conde voudra.
L’autre mecontente, c’est la coordinatrice nationale du RPG, Hadja Nantou Cherif Konate. Selon Nantou, Alpha Conde lui avait dit que la première personnalité du parti, c’est elle et que juste après les élections législatives, elle sera présidente de la future assemblée nationale. Ce que Alpha n’a pas fait. Pour cela, Nantou Cherif  considère Alpha Conde comme un confusionniste.
En outre, Dr Ousmane Kaba est aussi en embuscade.
L’autre front contre le président guinéen, c’est la majorité des élus du RPG qui ne gobent pas du tout la personnalité de Koly. Selon certaines indiscrétions, Koly n’a pas le charisme nécessaire pour être la deuxième personnalité du pays.
Ceux qui sont dans les secrets de Dieu affirment aussi que les élus du RPG pourraient bien voter contre le candidat du président.
Du coté de l’opposition, les démarches sont aussi en cour pour négocier ou payer, c’est selon des voix pour  la présidence de l’assemblée nationale. Difficile de dire si le candidat est du coté du pouvoir ou de l’opposition.
La seule certitude, c’est que Alpha Conde risque de perdre la présidence de l’assemblée nationale.
Ousmane Cissé

Partager