En Guinée, tout semble être a refaire, de la basse au sommet. Et le secteur de la santé ne fait pas exception à cette règle, tellement que les problèmes qui assaillent ce secteur sont énormes.

Selon les statistiques fournies par le Ministère de la Santé, plus de 60% du personnel qualifié de ce département se trouve à Conakry pour exercer leur métier. Alors que sur les  quelques 13 millions de personnes, seulement 20% de cette population vive à Conakry, les 80% sont rurales.

Ce n’est pas tout car les moins de 20%  du personnel du département en charge de la santé qui évolue en milieu rural, ils sont nombreux ceux qui ont exercent leur profession à Conakry dans le privé et prennent leur salaire à Conakry, selon la même source. Avec la bancarisation des salaires,  ces fonctionnaires ne sont plus menacés de se rendre dans le pays profond pour toucher leur salaire.

Du pain donc sur la planche pour le Colonel Mamady Doumbouya, qui a tout de même inscris le secteur de la santé en bonne place des piliers pour la refondation de l’Etat.

Il y a aussi l’état des structures sanitaires du pays qui se trouve dans un état piteux. C’est le cas du premier centre hospitalo-universitaire, Ignace Deen avec des toilettes sur la photo.

Que dire des prestations rendues aux populations et le coût des traitements, mais aussi du matériel ?

Il reste maintenant à savoir si le nouveau Ministre de la Santé et de l’hygiène publique sera un responsable de poigne pour respecter l’équité et l’équilibre dans ce secteur qui est considéré par beaucoup de citoyen comme un secteur mourant.

 

Guineelive suit pour vous

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70